top of page

L’expérience du Vide

Dernière mise à jour : 13 déc. 2022



crédit photo Christelle Galand

Faire le calme et créer un espace d’accueil en Soi


Je reviens d’un voyage dans le désert. Une expérience de l’immensité, du vide, du silence, du rien et du tout. De la reliance à ce qui peut apparaître lorsque l’on n’attend plus rien, lorsque l’on remplace le mot peur par le mot amour.


Dans le désert, je n’ai eu peur de rien, car j’ai eu la sensation instantanée que tout était là. Je ne peux pas expliquer pourquoi, ni comment. D’ailleurs je ne le cherche pas.

Dans le désert, mes angoisses se sont tues. Le bouton off que j’espérai depuis des années a interrompu le flot de mes pensées. De mes questionnements, de mes pourquoi existentiels.


Dans ce grand vide, je ne me suis jamais sentie aussi bien. J’ai pratiqué le yoga au sommet d’une dune, au couché du soleil, avec un dromadaire. Il n’y avait rien mais cela m’a tellement remplie de joie.


crédit photo Christelle Galand

De retour du désert, j’ai envie de prolonger cette expérience du vide, du calme, du rien qui rassure et qui contient tout. Tout l’amour du monde, du grand mystère, dans lequel la peur de mourir ou d’exister s’est dissipée. La peur de manquer comme la peur de trop en faire. La peur de se tromper, la peur d’échouer, la peur de réussir aussi.



Toutes mes peurs de faire ou ne pas faire se sont dissipées comme par magie pour faire place à juste être. A l’Etre que je suis et qui respire, qui marche et qui avance petits pas par petits pas. Sans savoir où il va, mais avec cette confiance et cette foi que le grand mystère a prévu un parfait timing pour tout ce qui doit advenir dans ma vie.

Dans ce vide, je tâtonne, j’observe et j’écoute avec discernement ma petite voix intérieure pour choisir et agir dans la direction qui me fait du bien, me met en joie, en harmonie et en équilibre avec l’extérieur. C’est un chemin d’expérience et d’observation que le yoga me permet. C’est une expérience que j’aime transmettre et partager, en fonction de mes propres découvertes.


En ce mois de décembre, en ce jour de portail symbolique du 12.12.22, à quelques jours du solstice d’hiver, de Noël et de la fin d’année, le besoin de créer de l’espace et du vide m’est apparu.

Créer de l’espace et du calme pour méditer sur ce qui s’est passé dans l’année écoulée, méditer sur ce que les fêtes de fin d’année éveillent en moi, en nous : joie, stress, angoisse, solitude, paix, lumière ? Méditer sur le sens que nous souhaitons donner à ces jours si particuliers, méditer sur les valeurs de partage et de retrouvailles ? Que nous le voulions ou pas, c’est la fin de l’année et les énergies sont présente dans l’atmosphère et dans l’univers et influent sur notre état émotionnel, physique et mental.


Le solstice d’hiver est un point de bascule. Il correspond à la nuit la plus longue de l’année et à partir de ce moment là, les jours rallongent à nouveau. Bien avant l'apparition du christianisme et de la fête de Noël - nativité, naissance de Jésus Christ, l'époque du solstice d'hiver était une période charnière de l'année, qui regroupait de nombreuses croyances païennes relatives à la fertilité, la maternité, la procréation et l'astronomie.


Alors en cette période, j’ai pour intention de célébrer et partager le retour de la lumière, le retour de la Vie, autour de cette séance de yoga basé sur les inversions avec la Chandelle encore appelée sarvangâsana et sur la création de l’espace et du vide par le Pranayama qui calme et appaise le mental Nadi Shodhana Pranayama



La séance d’Inversion : Viparîtâ Karani.


Viparîtâ Karani signifie « Le geste de l’inversion ». Selon le professeur Krishnamacharya c’est l’une des cinq mudrâ les plus utiles pour le monde d’aujourd’hui.

Les postures d’inversion sont celles où le nombril vient se positionner au dessus de la gorge, La Lune au dessous du Soleil. Ces postures ont des effets bénéfiques très nombreux autant sur le corps mental que sur le corps physique.

Elles permettent de ralentir le cours du temps et de vieillir en bonne santé, de réduire la volonté et de laisser la vie s’écouler paisiblement sans avidité, d’accroitre le feu digestif, d’améliorer la circulation sanguine veineuse de retour.

La pratique régulière des inversions permettraient de régénérer l’organisme tout entier, de réduire les rides et les cheveux gris. Enfin, la pratique des inversions permet au mental de s’inverser pour passer de l’état ordinaire et agité du mental à l’état de Samâdhi : apaisement, calme, concentration, éveil vers lequel le yoga nous amène peu à peu.


Au cours de notre séance, nous nous préparerons à pratiquer la Chandelle encore appelée sarvangâsana en sanskrit est désignée comme la « Posture du corps debout ».


Elle offre de nombreux avantages pour le corps et l’esprit. Au cours de l’exécution de la position de la chandelle en yoga, le sang afflue vers la partie supérieure du corps. L’afflux sanguin augmente plus précisément dans la zone cervicale qui est peu irriguée en temps normal. Cela a pour effet de stimuler les facultés cérébrales, d’améliorer la mémoire et de traiter certains types de maux de tête. Cette position a également un effet positif sur la thyroïde et prévient l’apparition des rides sur le visage.

Au cours de la pratique de la position de la chandelle en yoga, le ventre et le bas-ventre sont surélevés. La pression sanguine dans le bas-ventre diminue. D’où l’intérêt de cette position pour les personnes souffrantes de problèmes circulatoires ou d’hémorroïdes. L’homme marche sur les pieds, or la posture de la chandelle en yoga implique que le corps soit inversé. La pression du sang diminue donc au niveau des membres inférieurs et également au niveau de certains organes fonctionnels : le foie, le pancréas et le cœur.

Les bienfaits de la posture de la chandelle sont nombreux pour le corps, mais aussi sur l’esprit. Elle favorise un état d’apaisement et de relaxation profond pour la personne qui la pratique. Elle permet également de lutter contre l’insomnie, la palpitation, les troubles visuels et auditifs. Enfin, elle soulage les personnes souffrantes d’asthme, de bronchite.


Nadi Shodhana Pranayama : la respiration par les narines alternées qui permet d’apaiser le mental, faire le vide, réduire le stress et les angoisses, améliorer le sommeil.

  • Asseyez-vous confortablement. Prenez le temps de relaxer le corps, la mâchoire et la nuque. Amenez votre attention sur votre souffle.

  • Le pouce de la main droite ferme la narine droite, l’annulaire ferme la narine gauche (le petit doigt reste à côté de l’annulaire.) Index et majeur sont placés entre les yeux.

  • Tout au long de la pratique, gardez le contact tactile entre vos doigts et vos narines. Cette partie deviendra primordiale plus on va avancer dans la pratique.

  • Expirez, en vidant bien les poumons. Ensuite, utilisez vos doigts pour fermer les deux narines.

  • Tout en douceur, en apportant votre attention dans votre pouce, ouvrez la narine droite. Inspirez. Fermez la narine droite.

  • Toujours en douceur et en portant l’attention dans l’annulaire, ouvrez la narine gauche. Expirez. Fermez la narine gauche.

  • Ouvrez la narine gauche de nouveau. Inspirez. Fermez la narine gauche.

  • Ouvrez la narine droite. Expirez. Fermez la narine droite.

  • Cela fait un cycle de Nadi Shodhana

header.all-comments


bottom of page