Pleine Lune 18.03.2022, RenaisSens et quête de Sens




Un peu chahutée ces derniers jours, après une semaine très intense, je me sens fatiguée et un peu le moral en berne à l’aube de cette Pleine Lune en Vierge. Tout devrait être au beau fixe, et pourtant des idées sombres me plombent le moral à l’image de ces nuages noirs et lourds qui encombrent le ciel ces derniers jours.


Ma poitrine est oppressée, je soupire et je ressens le besoin de m’immerger dans ma belle Nature, de méditer, me purifier avec de la sauge, pratiquer mes Asanas et me relier pleinement aux messages de la Pleine Lune.


J’ai tourné la page de mon passé par un dernier voyage en Haute-Savoie. Je reviens sur mes terres ardoises où je suis accueillie avec tendresse et amour. Et pourtant, j’ai peur, des angoisses remontent. Celles de l’abandon, de la trahison, du rejet,… Ces vieilles blessures tentent encore de refaire surface. 


Est-ce que cette Pleine Lune en Vierge va me permettre d’enfin me délester de tous ces poids du passé et renaître à ma nouvelle identité, après 9 mois de gestation dans mon cocon divin.


Ce matin je suis partie m’aérer le corps et l’esprit, me reposer, me re-énergiser, alchimiser ce plomb en or. Encore une fois. Faut-il que je l’accepte… je ne peux pas être en permanence dans la joie et l’allégresse. Mes phases sombres sont. Un point c’est tout. Je les accueille, les observe, et les laisse partir le moment venu.


Je pose mes intentions :


  • Ancrage dans l’instant présent
  • Renouveau dans l’alliance, la confiance et la bienveillance
  • Reliance à ma puissance et ma souveraineté
  • Alchimie de la matière en connexion avec les plans divins et subtils, mes guides et mes anges.



Puissance, pouvoir et souveraineté.


Des notions que nous avons travaillé cette semaine avec la Déesse Hathor, le cercle de femmes des Déesses de Dions mais aussi l’énergie de la Gardienne (13mères) du mois de Mars, celle qui équilibre la vérité, dans l’intention de mesure et de justesse.

 Celle qui représente l’égalité, l’équanimité, la justice. Celle qui a le pouvoir des transmissions des lois sacrées universelles. Celle qui canalise. Mère de la Vérité (Justice), celle qui apporte l’autodétermination, la responsabilité, l’anéantissement de la force destructrice. Elle nous enseigne comment découvrir, connaître, l'habileté de ce que nous sommes dans notre essence et comment développer l’auto détermination dans notre vie, nos choix et nos décisions. Comment nourrir notre côté positif déterminant notre chemin en suivant l’alignement qui nous conduit aux lois sacrées universelles, en ne se soustrayant pas à notre aspect négatif, c’est-à-dire être dans l’égalité et l’équanimité avec équilibre et justice consciente de nos attitudes, nos actions et dans notre parole. Elle nous rappelle où rencontrer le chemin de notre intégrité, nos valeurs, notre éthique afin de rencontrer des solutions de guérison pour nous-même et toutes nos relations. 



Apprendre à accepter la vérité. Accepter la justice divine. 


La puissance et le pouvoir de notre féminin sacré est une notion délicate pour moi. Il y a des jours où je me sens pleine de courage, invulnérable, pleine de joie… et d’autres comme ce jour, où c’est tout l’inverse. Cela me bouleverse, me chahute, me fait tanguer. Me donner envie de pleurer, de me cacher dans ma grotte.


Dans ses moments là, accepter ma part féminine, m’accepter moi -même, mon corps, mes ressentis, mes émotions, mes intuitions, accéder à mon plein savoir, mon plein pouvoir devient difficile. C’est comme être dans un épais brouillard, paniquer et comprendre qu’il vaut mieux arrêter de bouger et attendre que le brouillard se dissipe.


Invisible, impalpable. Essayer encore et encore de se sentir confiante et apaisée dans mon espace intérieur, me réapproprier mon plein pouvoir de création. J’ai des capacités mais j’en ai peur, je les ai reniée. Tout ceci fait partie d’un équilibre intérieur. Je travaille sur mes peurs, mes faiblesses, mes blessures. En quête de sens et de vérité, la vie me rattrape, la magie, la foi dans le divin. 

J’attends que le brouillard se dissipe, que les nuages s’effacent pour enfin y voir plus clair.


Je vous souhaite une mère-veilleuse pleine lune, dans l’accueil de ce qui se joue en nous, dans l’inconfortable, comme dans le joyeux.


 

« Mon Mantra de Mars : « J’accueille ma lumière et les énergies célestes du renouveau. Ancrée dans la Terre et mon temple sacré, je re-connais mes talents, mes pouvoirs, mes dons, que j’ai pu cacher dans l’ombre par peur. »






 

Nouvelle Lune en Poissons du 02.03.2022, l'appel du Couple Sacré

 



Chères Déesses,


A l’heure où je vous écris ces lignes, nous sommes le 2 mars 2022, dans la phase de la Nouvelle Lune en Poissons. J’ai le coeur en Joie et rempli de gratitude pour tout ce travail que nous effectuons ensemble avec le Cercle des Déesses de Dions, depuis le début de l’année. Je suis nourrit des belles rencontres, des épanouissements et évolutions de chacune, de toutes les transformations qui ont eu lieu dans ma vie. Il y a eu une séparation, une page douloureuse à tourner mais au combien initiatique, révélatrice, et propice à de sacrées prises de consciences.


Sortir du bourbier des projections du mental, de l'illusion, des attentes et des attachements fut un sacré défi. J'espère avoir guérit cette blessure profonde qui était tapie sournoisement sous des couches profondes depuis des années, voir des vies. Entachée de peurs de rejet, d'abandon, de désamour, de trahison, d'emprise et d'enfermement, d'auto-sabotage de mon pouvoir, de mon rayonnement. De violences faites à mon féminin sacré,  de vols de mon énergie vitale, de mes besoins, de mes cycles, de mon intimité.

J'ai pris conscience de tous ces mensonges dans lesquels je m'étais enfermée, ce non respect de moi-même, de mes rythmes, de mes besoins fondamentaux pendant toutes ces années. Toutes ces choses que j'avais faites pour que l'on m'aime, que l'on m'accepte alors que je ne savais ni m'aimer, ni me respecter. 


Toutes ces années passées à souffrir pour être belle, à tenter d'être reconnue pour mon esprit et mon intelligence. Toutes ces années éloignées de mon coeur, de ma vérité, de mon authenticité. Tous mes talents de femme, mon intuition, mes idées, mes ressentis, bafoués et rejetés, que je n'avais pas pu, ni su imposer.  Je rejetais le pouvoir de la société, la hiérarchie en entreprise, le management, ... Tout ça car je n'avais pas réussi à exprimer mon pouvoir. Mais tout cela est ok. Il fallait parcourir le chemin initiatique pour comprendre, et pouvoir rayonner, vibrer, exprimer, accompagner à mon tour.

Le chemin est long, initiatique, souvent douloureux, mais au combien gratifiant une fois que l'on a franchit les différentes portes. Un peu comme les 12 travaux d'Hercule... Depuis le début de l'année, grâce au Cercle de Déesses, j'ai pu franchir de nouvelles étapes. Je me sens comme neuve, prête à démarrer une nouvelle aventure sacrée, après 9 mois en terre gardoise.


Je pressens que ma voie à venir s'articule autour du Féminin et du Masculin sacré, du couple sacré, de la sexualité sacrée. Tout ceci  va prendre forme naturellement avec les énergies du printemps, je le sais, je le sens.

Et toi belle Déesse, tu en es où dans ton parcours initiatique. Si tu veux cheminer avec moi, avec l'énergie des Déesses de Dions, n'hésites pas à me contacter.


En février, nous avons avancé en reliance avec Brigid, belle déesse celte. Nous avons pu partager de beaux cercles de tambours, des crêpes, et ce fut merveilleux de voir cette énergie circuler, ces feux brûler et purifier le passé pour accueillir le printemps et le renouveau. 

Hathor s’est invitée pour le mois de Mars et je vais t’expliquer pourquoi : Magnifique déesse égyptienne, associée à la vache sacrée, au bâton de pouvoir et à la vie éternelle. Reliée à la terre et au ciel, elle nous invite ce mois-ci à nous connecter à notre espace sacré, à notre vérité, à ce qui nous fait vibrer et nous met en Joie pour dans et créer l’amour et la donner la vie. Avec Horus, elle représente le couple sacré, divin, la vie éternelle.


Déesse de la musique, de la joie et de l'amour, elle fut identifiée par les Grecs à Aphrodite.


Hathor présente de nombreux attributs symboles royaux :  la couronne faite du disque du soleil tenu entre les cornes de vache mais aussi la ménat, lourd collier de perles à contrepoids, qui produisaient en s'entrechoquant un son comparable au bruissement des fourrés de papyrus qui représente le lieu de gestation mythique; il devait transmettre des pouvoirs puisque la déesse le présente au défunt.

Elle tient dans une main le Ankh, ayant la forme d’une croix  et d'un nœud, l'ankh est un symbole de la vie éternelle. Il était souvent porté par les divinités ou par les gens dans les processions funéraires ou offert au roi en tant que souffle de vie.

Dans l’autre main, le sceptre, ou bâton, est l'un des symboles les plus anciens et les plus constants de la royauté et des divinités. Symbole du pouvoir divin, mais aussi attribut d’ancrage à la terre, de justice, de vérité.

Elle porte aussi le serpent sur sa tête, le cobra dressé au capuchon évasé. Le cobra est associé au dieu solaire, au royaume de Basse-Égypte, aux rois et à leurs familles, et à plusieurs divinités. Symbole de protection, il garde les portes du monde inférieur, éloigne les ennemis de la famille royale et guide les pharaons défunts dans leur voyage dans le monde inférieur.

Ces symboles : coupe vache sacrée, bâton de pouvoir et protection, reliance à la terre et au ciel, sont les attributs auxquels nous pouvons nous relier pour nous connecter à notre espace de notre Féminin Sacré.