Le Voyage Intérieur





A l’heure du confinement, je rêve de voyages, de pouvoir partir en vacances, de visiter les contrés plus ou moins lointaines, de randonner en montagne ou de courir sur une plage de sable fin, de nager dans des eaux turquoises,…Les vacances en Sicile, fin septembre ? Pour l'instant je ne les envisage même pas, même si le billet d'avion est déjà acheté. Aujourd'hui, je vit ma vie au jour le jour, car je ne sait pas de quoi demain sera fait. Le changement, l'adaptabilité sont permanentes, alors que tous les repères de l'ancien monde sont bousculés. Les rêves, les envies d'ailleurs sont en sommeil, je les garde pour plus tard, quand j'en aurai besoin, quand ce sera le moment. Patiemment.

Ce confinement qui dure maintenant depuis plus d'un mois et j'ai entrepris un autre beau voyage, celui que je ne m'étais pas autorisée à faire. Un Voyage Intérieur.

Voyager n'est ce pas s’émerveiller devant la beauté de la Nature, de paysages à couper le souffle, des couchers de soleil, mais aussi endurer des tempêtes, rencontrer des obstacles, d'autres cultures ?
Voyager c’est explorer, découvrir, observer, ce que je vois, ce que je perçois, ce que je comprends et ce que je retiens. A l'extérieur. Et si je faisais le parallèle avec l'intérieur.

Le monde est un miroir. Ce que je vois à l'extérieur est un reflet. Aujourd'hui le monde s'est réduit à mon trois pièces cuisine avec vue, et c'est une chance sur les montagnes, sur l'immense ciel bleu, sur le lever de soleil au dessus du lac. Le monde extérieur c'est cette balade d'une heure que je fais chaque jour autour de chez moi, et qui se résume à une piste cyclable qui fort heureusement est ponctuée de verdure et mon parc au Gingko Biloba.


Mon Gingko Biloba - Parc Annecy-le-Vieux

Alors chaque jour, depuis le 11 mars, je voyage dans le même périmètre, avec le même horizon. Mais chaque jour je voyage avec un autre regard, sur une nature changeante, chaque jour renouvelée.
Une nature incroyable, bourdonnante, foisonnante en ce printemps feu d'artifice.

Dame Nature semble se régénérer à mesure que la pollution diminue. Dame Nature fait la fête, reprend ses droits et explose de vitalité. Libérée des chaines humaines, des cortèges de voitures, elle rit de se voir si belle en ce miroir.

Quartier de Novel - Annecy

Le rythme extérieur s’est ralenti, les bruits se sont calmés. Dans la ville en bas de chez moi, le brouhaha incessant, le vacarme infernal a fait place au divin chant des oiseaux. Les cris, l’impatience, l’urgence attendra. L’essentiel reprend sa place. Dans mon calme intérieur je n'ai plus d'autre choix que de prendre soin de moi, de ma famille, de ma maison, de mon jardin intérieur. Les milles occupations futiles et superflus me laissent du temps pour rêver, méditer, écrire, créer, inventer une nouvelle façon de vivre, de voyager. Car une chose est sûre, demain ne sera plus comme avant. Est-ce que ce sera mieux, est-ce que ce sera pire dehors ? Une chose est sûre, à l'intérieur aussi tout aura changé.

J'ai ralenti, j'ai réfléchi, je suis revenue à mon essentiel. Je ne vais plus le laisser tomber. Ma vie est trop précieuse et je vais en prendre soin, dans chaque pas de mon voyage, les pieds sur terre, la tête dans les nuages. Ici et maintenant, car demain il sera trop tard.


Temple et jardin Zen - quartier de Novel

Le Bonheur n’est pas une destination, mais une façon de voyager. Cette période de temps suspendu m'a donné l'envie de retrouver l'un de mes plus beaux voyages. Un mois de marche et d'écriture sur le Chemin de Compostelle. Pendant la période du confinement, je vous offre la lecture gratuite de mon livre, en version numérique. SI vous souhaitez l'acquérir en version papier, n'hésitez pas à me contacter, via ma page Facebook 



Aucun commentaire