Le Voyage Intérieur





A l’heure du confinement, je rêve de voyages, de pouvoir partir en vacances, de visiter les contrés plus ou moins lointaines, de randonner en montagne ou de courir sur une plage de sable fin, de nager dans des eaux turquoises,…Les vacances en Sicile, fin septembre ? Pour l'instant je ne les envisage même pas, même si le billet d'avion est déjà acheté. Aujourd'hui, je vit ma vie au jour le jour, car je ne sait pas de quoi demain sera fait. Le changement, l'adaptabilité sont permanentes, alors que tous les repères de l'ancien monde sont bousculés. Les rêves, les envies d'ailleurs sont en sommeil, je les garde pour plus tard, quand j'en aurai besoin, quand ce sera le moment. Patiemment.

Ce confinement qui dure maintenant depuis plus d'un mois et j'ai entrepris un autre beau voyage, celui que je ne m'étais pas autorisée à faire. Un Voyage Intérieur.

Voyager n'est ce pas s’émerveiller devant la beauté de la Nature, de paysages à couper le souffle, des couchers de soleil, mais aussi endurer des tempêtes, rencontrer des obstacles, d'autres cultures ?
Voyager c’est explorer, découvrir, observer, ce que je vois, ce que je perçois, ce que je comprends et ce que je retiens. A l'extérieur. Et si je faisais le parallèle avec l'intérieur.

Le monde est un miroir. Ce que je vois à l'extérieur est un reflet. Aujourd'hui le monde s'est réduit à mon trois pièces cuisine avec vue, et c'est une chance sur les montagnes, sur l'immense ciel bleu, sur le lever de soleil au dessus du lac. Le monde extérieur c'est cette balade d'une heure que je fais chaque jour autour de chez moi, et qui se résume à une piste cyclable qui fort heureusement est ponctuée de verdure et mon parc au Gingko Biloba.


Mon Gingko Biloba - Parc Annecy-le-Vieux

Alors chaque jour, depuis le 11 mars, je voyage dans le même périmètre, avec le même horizon. Mais chaque jour je voyage avec un autre regard, sur une nature changeante, chaque jour renouvelée.
Une nature incroyable, bourdonnante, foisonnante en ce printemps feu d'artifice.

Dame Nature semble se régénérer à mesure que la pollution diminue. Dame Nature fait la fête, reprend ses droits et explose de vitalité. Libérée des chaines humaines, des cortèges de voitures, elle rit de se voir si belle en ce miroir.

Quartier de Novel - Annecy

Le rythme extérieur s’est ralenti, les bruits se sont calmés. Dans la ville en bas de chez moi, le brouhaha incessant, le vacarme infernal a fait place au divin chant des oiseaux. Les cris, l’impatience, l’urgence attendra. L’essentiel reprend sa place. Dans mon calme intérieur je n'ai plus d'autre choix que de prendre soin de moi, de ma famille, de ma maison, de mon jardin intérieur. Les milles occupations futiles et superflus me laissent du temps pour rêver, méditer, écrire, créer, inventer une nouvelle façon de vivre, de voyager. Car une chose est sûre, demain ne sera plus comme avant. Est-ce que ce sera mieux, est-ce que ce sera pire dehors ? Une chose est sûre, à l'intérieur aussi tout aura changé.

J'ai ralenti, j'ai réfléchi, je suis revenue à mon essentiel. Je ne vais plus le laisser tomber. Ma vie est trop précieuse et je vais en prendre soin, dans chaque pas de mon voyage, les pieds sur terre, la tête dans les nuages. Ici et maintenant, car demain il sera trop tard.


Temple et jardin Zen - quartier de Novel

Le Bonheur n’est pas une destination, mais une façon de voyager. Cette période de temps suspendu m'a donné l'envie de retrouver l'un de mes plus beaux voyages. Un mois de marche et d'écriture sur le Chemin de Compostelle. Pendant la période du confinement, je vous offre la lecture gratuite de mon livre, en version numérique. SI vous souhaitez l'acquérir en version papier, n'hésitez pas à me contacter, via ma page Facebook 



Avec Douceur et Fermeté...Osons.

Un concentré de force et de douceur

Je me suis lancé un petit défi, né avec les premiers jours d'avril, en plein confinement. Un défi, un projet, tout bête, tout simple, mais que je remettais depuis des mois à plus tard, à quand j'aurai le temps, à quand je serai moins fatiguée.

Et là, soudain, du temps j'en avais. Plein de temps à vivre au ralenti. Tout ce temps dégagé par des pré-occupations superflues devenues inutiles. L'urgence de la situation nous oblige à revenir, chacun à notre façon à notre essentiel. Chacun dans notre situation personnelle et/ou professionnelle, cette crise existentielle mondiale, nous force à vivre une crise existentielle personnelle. Une remise en question, une nouvelle façon de vivre, de consommer imposée par le confinement et les restrictions de tous ordres.

Trouver son temple sacré, son jardin intérieur

Mais revenons en à mon petit défi personnel. Il a consisté à utiliser chaque jour mon heure de sortie quotidienne de la meilleure façon possible. Une heure de marche et de yoga, chaque matin béni par les cieux en ce printemps 2020 d'une douceur incroyable. Le soleil resplendissant, le divin ciel bleu, les oiseaux gazouillant et mille et une fleurs pimpantes sont au rendez-vous chaque jour que dieu fait.

Une heure de marche, de yoga, de réflexion, de méditation, d'analyse de mes pensées, mais aussi de tous les incroyables événements survenus, envoyés par la vie depuis le début du mois.

Marcher, respirer et avancer calmement dans cette folle croissance mondiale soudainement stoppée. Créer et rêver le monde de demain, dans l'urgence et l'inattendu du présent ralenti, utiliser cette période bénie pour enfin oser se révéler et être vraiment celle ou celui que l'on a toujours caché.

Ce minuscule virus est un incroyable miroir grossissant de toutes les failles de notre société, collectives et individuelles et de la parfaite beauté de Dame Nature. Dans cette situation où nous pouvons avoir ce sentiment d'être impuissant, une pause s'impose. Avec force et dignité, avec douceur et fermeté, apprenons la Confiance et la Maitrise de Soi. Que ces instants bénis vous apportent la paix, la sagesse et vous enseignent les choix qui contribueront à la guérison du monde.

Avec le Coeur, douceur et fermeté. 



Plus d'autre choix 
Avec souplesse et fermeté
Dans ton temple sacré
Dans ton jardin intérieur
Avec le courage et la Foi
Cultive l'Etre et le Présent.




Vendredi, le Jour de Freyja

Beauté de la nature

Aujourd'hui j'ai envie de vous parler de la Déesse Freyja, qui inspire mes écrits et mes pas depuis quelques années déjà. Elle est entrée dans ma vie je ne sais plus ni comment ni pourquoi. Elle est apparu dans un rêve, dans une méditation, dans un récit.

Elle est réapparue cette semaine, et en faisant quelques recherches, je comprends pourquoi.

Freyja est une déesse de la Mythologie Nordique. Déesse de la fertilité, de la beauté, de la terre et de l'amour, vêtue d'un manteau de plumes de Faucon, elle voyageait sur un char tiré par des chats des forêts norvégienne. Guerrière de lumière, passionnée de poésie, ses larmes coulaient d'or lorsque son coeur blessé.

Freyja est à l'origine du mot anglais Friday et du mot allemand Freitag signifiant vendredi, car ce jour lui était consacré. J'aime jouer avec ce mot et lui donner un sens de Liberté. Freyja, Friday, Freeday. Vendredi, jour de Vénus, Femme libre et Sauvage.

Un petit extrait du texte guidée par La Déesse Freya, paru dans le Livre "Rencontre avec ma Femme Sauvage" - éditions La Plume Sauvage - 2017


Toi Déesse Freyja, libre audacieuse et sauvage

Voyage au pays de mon âme sauvage,
voyage au pays des sages,
voyage au pays de mes sages.
J’entends la Voix des Sages.

Tu es fille du vent, alors laisses toi guider par celui—ci.
Déploie tes ailes en grand et envoles toi vers les cimes. 
Prends de la hauteur pour observer le monde. 
Notes tes impressions, tes ressentis et racontes tes histoires avec ta Plume Sauvage.
 Racontes tes histoires et fais passer tes messages, tu es la Voix des Sages.

Ton coeur parle. Apprends à l’écouter. 
Chaque fois que tu doutes, connectes toi à Dame Nature, aux éléments et ressens. 
Puis écrit, lit et relit-relie le coeur des hommes et des femmes sacrées.

Tu es la déesse Freyja, libre et audacieuse. 

Libère ton côté aventurier, prends des risques et ose. 
Déesse aux multiples talents, forte et audacieuse.
Mi-ange, mi-démon, mi-femme, mi-louve, 
tu tisses des liens entre la terre et le ciel.
Tu jettes des ponts Arc-en-ciel pour gravir les sommets. 
Tu ne te contentes pas d’atteindre les neiges éternelles.
Tu déposes au sommet de la montagne des cristaux de lumière et de pureté. 
L’arc-en-ciel permettra à la meute d’y arriver. Toi pionnière et audacieuse, tu as montré la voie. 
Avec ta corne de brume, il ne te reste plus qu’à les appeler, bientôt ils t’entendront et seront là.





J'ai retrouvé La Femme Sauvage

Ma Femme Sauvage, Je t'aime, un peu beaucoup, passionnément,...

Il y a quelques jours, je vous en ai parlé, j'ai entendu l'appel de D'Ame Nature, dans les oiseaux qui chantent, dans les paquerettes qui dansent, dans les arbres en fleurs,  dans le vent libre de tous les bruits urbains, dans l'air purifié, dans le lac apaisé, dans le soleil si généreux.

Puis il y a eu ce livre, posé sur mes étagères depuis quelques années "en attente d'être lu" : Femmes qui courent avec les loups - Histoires et mythes de l'archétype de la Femme Sauvage de Clarissa Pinkola Estés.


Tu écoutes ton coeur, ton intuition et laisse s’exprimer ta créativité,
Tu rayonnes ta vérité, ton authenticité, ton intérieure beauté.
Tu respectes tes cycles et les cycles de Dame Nature.
Tu défends tes idéaux avec amour, bienveillance et passion.
Tu es libre de faire entendre ta Voix
Tu as le courage de tracer ta Voie.
Tu es une femme engagée, fière, rayonnante,


"Chaque femme porte en elle une force naturelle, instinctive, riche de dons créateurs et d'un savoir immémorial. Mais la société et la culture ont trop souvent muselé cette " Femme sauvage ", afin de la faire entrer dans le moule réducteur des rôles assignés."

Cet essai combine la tradition orale des contes avec cette psychologie inspiratrice, tout en offrant un véritable travail pédagogique et de développement personnel. Il livre les clés de cet instinct féminin primordial que nous avons oublié ou relégué au second plan et nous invite à réinterpréter l’expérience de la femme à travers les contes populaires, l’art et la nature… pour prendre contact avec cette « louve ».
Cette femme sauvage connectée à la perception, à son esprit ludique et à sa merveilleuse capacité d’affection, cette femme transformatrice qui nous pousse à mûrir, à créer, à écouter notre intuition et notre instinct, à être libres.

Et ces quelques lignes : "Ce goût du sauvage" va et vient avec l'inspiration. On éprouve cette aspiration à la Femme Sauvage lorsqu'on croise une personne qui a établi cette relation sauvage, lorsqu'on prend conscience de s'être trop consacrée à la flamme mystique ou à la rêverie, au détriment de sa propre créativité, de l'oeuvre de sa vie ou de ses amours vraies. "

L'expérience du confinement a été cette personne, ce révélateur, mettant sur mon chemin de nombreux signes et appels à me reconnecter à La Femme Sauvage. Il était temps pour moi de reprendre le chemin de mes premières amours. De reprendre mon bâton de pélerin pour écrire et marcher mon chemin, avec le petit peuple de la Nature, les Fées de la Forêt, les Lunes et les cycles du temps.


Reprendre mes projets restés en jachère le temps qu'il a fallu pour que la graine créative puisse se remettre à fleurir. Marche, Nature, connexion à Soi, avec désormais la lumière de l'enseignement du Yoga. Une Slow Life à construire dans chaque petit geste du quotidien.

Dans mon activité professionnelle actuelle, dans ces rêves que je laisse murir petit à petit, dans cette transformation qui s'opère chaque jour. Aujourd'hui encore plus qu'hier et bien moins que demain. En ce 1er avril 2020, la troisième semaine de confinement a chamboulé bien des repères. Et ce n'est pas fini.
Dans ces instants suspendus, dans cette parenthèse inattendue, le passé est révolu, demain est incertain, seul le présent est un cadeau de la Vie. C'est l'occasion, plus que jamais d'observer chaque jour ce que D'Âme Nature a à nous dire. Un projet que je mène depuis plusieurs mois sur Instagram avec mon Gingko projet. A bientôt pour de nouvelles aventures.

Le bleu du ciel n'a jamais été aussi pur. pas un nuage, pas une trainée d'avion.